Manger mieux pour se soigner

Quand on a une maladie auto-immune, il faut sans cesse jongler entre phase de rémission et phase de rechute. trouver l’équilibre est complexe et parfois trop drastique qu’on peine à s’y tenir.

Pour moi, la manifestation de la maladie est un signal d’appel très fort, ultime même, du corps qui nous dit « oh là ça va plus du tout, j en’arrive plus à gérer SOS »

Cela peut paraître simpliste comme raisonnement mais c’est pourtant ce qui se passe. Et si tout trouvait sa source dans ce que nous mangeons ? Outre un terrain qui prédispose, la maladie auto-immune s’auto suffit. Et oui ! Elle se nourrit et se développe seule. Elle se nourrit de ce que nous mangeons tous les jours : de l’ultra transformés, du E à gogo, des exhausteurs de gout, du sucre en veux tu en voilà, du sel, du mauvais gras …. la course à la rentabilité oblige.

Parce que peut-être avez-vous oublier le rythme des saisons mais manger des tomates toute l’année et bien non ce n’est pas possible sauf sous serre avec des conservateurs ++, de même que les fraises, les pêches à Noël… et oui il y a un rythme et ce n’est pas pour rien, la nature à la base est bien faite.

Mon choix pour aller mieux :

J’ai essayé de manger « sans » (gluten, lait et autre qui ne m’était pas recommandé pour ma maladie). Alors oui moins de gluten léger mieux mais pas flagrant. Il faut attendre plusieurs mois pour voir les effets… et bien allons y attendons quelques mois… toujours du léger mieux voir une rechute.

Pourquoi ? et bien c’est simple le transformé sans gluten est certes sans gluten  mais rempli d’autres choses pas bien joli quand on se penche sur les étiquettes d’un peu plus près, pas seulement à la chasse aux allergènes non en lisant tout : Exx, trans.., poudre d’oeuf, conservateur… alcool…

Et oui on prend vite peur !

Alors j’ai fait un STOP d’urgence, j’ai vidé mes placards de tout « prêt et rapide à consommer » et je me suis mise à manger bio pour les fruits et les légumes, la farine et la viande quand financièrement cela était possible, car oui le bio a un coût. Et aussi je me suis tournée vers une agriculture raisonnée pour ce que je ne pouvais pas me permettre en bio.

Je cuisine tout, je fais des « batchcookings » et je mange local et surtout de saison.

Quelques mois à peine…

Niveau santé : j’ai vu la différence, de moins en moins de douleurs, fatigue en baisse, migraine quasi disparu, cheveux ++ (adios la perte de cheveux !) ongle et peau ++

Financièrement, je m’y retrouve j’arrive à 85% de bio car plus de produits transformés qui au final coûtent un bras si on ne prend pas les 1er prix des supermarchés ! Je précise que nous sommes une famille de 4 (2 adultes 2 enfants).

Le point  noir au début : le temps : quand on travaille et qu’on doit gérer les enfants pas simple au début mais cuisiner sur plusieurs jours à l’avance m’a sauvé!

En parallèle je prends toujours des probiotiques sans lait et sans gluten pour continuer à réparer ma paroi intestinale et nourrir ma flore de bonnes bactéries.

Dans un prochain article je vous expliquerai comment refaire vos placards et manger mieux et sainement afin de reprendre sa santé en main.

Et voici un exemple de plat que je mange, orientation IG Bas, produits de qualité Bio et fait maison.

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *